Un rollator élégant.
 Vraiment ?
Un rollator élégant. Vraiment ?
Un rollator élégant.
 Vraiment ?
Dans le cadre de l’article « Universal Design Targets Products for All Ages » pour Plastics Engineering, le journaliste Robert Grace a interviewé notre PDG et fondateur, Anders Berggreen, sur la philosophie de conception de byACRE :

En 2004, M. Berggreen, de byACRE, a fondé une entreprise appelée Seed, qui vendait des poussettes haut de gamme qu’il avait conçues. Il se souvient : « Il y a des années, on m’a demandé si je n’aimerais pas concevoir un déambulateur à roulettes et j’ai répondu que oui, vous avez tout à fait raison, je n’aimerais pas concevoir un déambulateur à roulettes. Parce que je trouvais cela tellement peu sexy et, pour moi, ennuyeux. Cela ne m’intéressait vraiment pas.

Mais après avoir dit « non », j’ai commencé à voir des déambulateurs partout. Pour moi, ils ressemblaient à quelque chose fabriqué en Allemagne de l’Est dans les années 1950 et 1960. Ils étaient tout simplement ennuyeux.

C’est alors que M. Berggreen s’est mis à réfléchir à l’importance d’appliquer le design pour aider les personnes à mobilité réduite, et pas seulement les personnes âgées. Il a lu une étude sur les personnes qui avaient besoin de tels appareils et sur les lacunes qu’elles rencontraient. Il s’est rendu compte que ces utilisateurs avaient tendance à se sentir malades et gênés, et que leur niveau d’activité sociale diminuait pratiquement à zéro.

Ainsi, après avoir vendu Seed et fondé byACRE en 2015, il a déclaré : « Nous nous sommes fixé un cahier des charges en matière de design : « Nous nous sommes imposé un cahier des charges en matière de design : Pouvons-nous fabriquer un déambulateur qui ressemble à un meuble ? » Il a réfléchi à la manière de prendre certaines des références du design scandinave classique et de les intégrer dans un tel produit. Le premier déambulateur de l’entreprise a été récompensé par un prestigieux prix de design.

Un autre élément important de l’état d’esprit, souligne-t-il, est que byACRE ne considère pas les utilisateurs de ses produits comme des « patients », mais plutôt comme des « clients ». Ils peuvent avoir des difficultés à se déplacer, mais cela ne signifie pas que vous êtes un patient. « Il y a une très grande différence entre parler à un patient et à un consommateur.

Berggreen ne voit pas pourquoi les appareils d’assistance tels que les déambulateurs ne pourraient pas être fonctionnels et élégants.

Les consommateurs ont le libre choix. Ils décident eux-mêmes de ce qu’ils aiment et de ce qu’ils n’aiment pas. byACRE a donc cherché à créer un déambulateur avec lequel quelqu’un aimerait marcher. Il ne s’agit pas d’un produit que l’utilisateur reçoit d’une compagnie d’assurance ou du système de santé.

M. Berggreen affirme que les premiers modèles ont été bien accueillis. Il a reçu des lettres de membres de la famille de personnes utilisant les déambulateurs de byACRE indiquant que l’utilisateur avait repris une vie sociale. Ce n’est pas un hasard si le nom même de byACRE a été assemblé à partir des mots « active » et « rehabitare » – le latin signifiant « retour à la vie ».

Tout savoir sur la perte de poids
En recueillant l’expérience des utilisateurs, l’équipe de byACRE a appris que le poids du produit était important pour ces clients. Mais, dit-il, les fabricants n’accordaient que peu d’attention au poids du produit. À l’époque, la plupart des déambulateurs étaient fabriqués en Chine, pour des entreprises européennes et américaines, « et personne ne se souciait vraiment de concevoir un produit pour ce groupe cible ».

L’entreprise s’est ensuite penchée sur la question de savoir comment produire un cadre à la fois élégant et léger. Cela l’a conduit à explorer la fibre de carbone et a abouti à son dernier produit, le Carbon Ultralight. M. Berggreen décrit le processus de fabrication à faible pression et à forte intensité de main-d’œuvre que byACRE utilise pour fabriquer ses produits en interne, par le biais d’opérations en Chine, au Myanmar, en Suède et au Danemark.

Tout d’abord, il y a la découpe du carbone. Au cours de ce processus, de petites feuilles pré-imprégnées de fibres de carbone d’origine japonaise sont découpées et combinées. Cela ressemble à une forme de tricot ou de tissage, où les brins sont tissés dans des directions différentes. Il précise que byACRE utilise sa « propre recette » pour ce processus, afin d’obtenir un cadre solide et léger. « C’est le cœur et l’âme de l’expérience de marche Carbon Ultralight.

Une fois les feuilles coupées et tissées, elles sont superposées pour créer la forme spéciale en « boomerang » du cadre du déambulateur. « Nos cadres sont constitués d’environ trois grandes pièces qui sont combinées dans différentes directions pour former la forme unique ». À l’intérieur de ces feuilles qui se chevauchent, ils insèrent des réservoirs en silicone pour aider les cadres à conserver leur forme au cours de l’étape suivante, qui est le processus de cuisson.

La construction est ensuite placée dans un moule sur mesure, qui est chauffé à 180°C et cuit. Les poches à l’intérieur sont gonflées progressivement pour maintenir la pression et assurer la tenue de la forme. Une fois sortis du four, les cadres sont ajustés à l’aide de découpes et de perçages effectués à la main sur la partie supérieure du cadre, où sont fixés les attaches et le guidon.

Les pièces du cadre sont ensuite envoyées à la peinture. Elles doivent d’abord être poncées à la main avant d’être recouvertes de couches de peinture byACRE de couleur Oyster White, Carbon Black ou Strawberry Red. Les cadres sont finis avec un revêtement transparent et un bon polissage, et après une inspection minutieuse, ils sont envoyés pour être assemblés.

Il est évident, note M. Berggreen, que la création d’un déambulateur Carbon Ultralight demande beaucoup de travail. « La fabrication des cadres en fibre de carbone ne représente qu’une petite partie de l’ensemble du processus de production, mais c’est dans cette étape que réside l’ADN du déambulateur ».

Le modèle Carbon Ultralight se vend entre 600 et 650 dollars aux États-Unis et ne pèse que 10,5 livres. Alors qu’il était initialement sceptique quant à l’accueil réservé au produit aux États-Unis au-delà de quelques grandes villes, il indique que byACRE a déjà vendu le modèle dans 48 États, ainsi qu’en Europe, en Corée du Sud, au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Suivant : Un modèle « Masculin »
Aujourd’hui, l’entreprise développe un modèle Carbon Overland qui devait être lancé à peu près au moment de la publication de cet article. Il aura une allure « très masculine » et sera doté de roues plus grandes et gonflées à l’air qui peuvent être utilisées pour naviguer dans le sable, la boue et d’autres surfaces tout-terrain. byACRE a développé ce modèle et s’est associé à Land Rover pour en faire la promotion conjointement avec le véhicule utilitaire sport Defender, récemment relancé par le constructeur automobile.

En matière de marketing, explique M. Berggreen, le message est d’une importance vitale. Passer de l’utilisation d’une canne à celle d’un déambulateur est un grand pas en avant sur le plan mental. Son approche consiste à dire que « c’est un moyen de transport bien plus qu’une aide à la mobilité, et je pense que c’est pour cela que ça marche ».

Il doute franchement qu’un tel produit aurait pu réussir il y a dix ans. Mais l’internet a fait une énorme différence dans les habitudes d’achat. Au lieu que les médecins ou les soignants se rendent dans les magasins d’équipement médical pour acheter le déambulateur le moins cher et le plus robuste, l’utilisateur peut désormais se renseigner sur le produit depuis chez lui.

« Avec l’internet, les gens font des recherches sur Google et trouvent des informations sur ces produits. Nous pouvons voir sur notre site web que les gens vont et viennent, reviennent et prennent le temps de lire notre philosophie de conception. Cela leur donne confiance. Cela aurait été impossible il y a dix ans.

 

Source : Plastic Engineering – Universal Design Targets Products for All Ages – janvier 2021